Partager Partager

Bougez contre le cancer du sein, 1ère enquête nationale sur la pratique de l'activité physique après un cancer du sein

Cette enquête se déroule du 14 septembre 2010 à fin mars 2011. Elle a été mise en place par La Mutualité Française et l’Association Francophone de l’Après Cancer du Sein.



Bougez contre le cancer du sein, 1ère enquête nationale sur la pratique de l'activité physique après un cancer du sein
Le 14 septembre a eu lieu le lancement de la première enquête épidémiologique sur la pratique d'une activité physique après un cancer du sein.

Cette enquête se déroule du 14 septembre 2010 à fin mars 2011.

Les femmes qui ont eu un cancer du sein peuvent répondre à cette enquête via internet sur le site www.bougezcontrelecancerdusein.fr ou en recevant le questionnaire à leur domicile en appelant le 39 35, Priorité Santé Mutualiste, le service d'information, d'aide à l'orientation et de soutien sur des questions de santé des mutuelles de la Mutualité Française.

Les objectifs de l’enquête « Bougez contre le cancer du sein » qui a lieu du 14 septembre 2010 à mars
2011, sont de réaliser un état des lieux de la pratique d’une activité physique chez les femmes
ayant eu un cancer du sein et d’identifier les freins et les facteurs qui les limitent dans cette
pratique.

Aujourd’hui, il existe peu de données françaises sur ce sujet. Or, l’activité physique après ce cancer
améliore la qualité de la vie, diminue la fatigue, l’anxiété, le syndrome dépressif. Elle peut également
limiter le risque de récidive et diminuer la mortalité liée au cancer.

C'est pourquoi la première enquête épidémiologique nationale "Bougez contre le cancer du sein"
invite les femmes qui ont eu un cancer du sein à remplir en 15 mn, anonymement, un questionnaire
qui porte notamment sur leur mode de vie, le temps passé à l'activité physique après ce cancer et les
craintes ressenties à l'idée de reprendre une telle activité.

Un deuxième volet de l’enquête s’adresse spécifiquement aux professionnels de santé, notamment les
médecins généralistes, les gynécologues et les oncologues, qui sont conviés à répondre anonymement
à des questions sur leur pratique sportive, les préconisations qu’ils font à leurs patientes en matière
d’activité physique après un cancer du sein et inversement, les facteurs qui les limitent dans leur
recommandation.


Mardi 14 Septembre 2010
Christelle Denevault
Lu 1205 fois


Actualités - Evénements | Edito Newsletter Bulletin Interne | La FNOMS en action | Les comités en action | La Fédération | Le Réseau Fédéral | Magazine en ligne | La Lettre Juridique